Accueil > Fiches pratiques > Baptême > La tradition des dragées

La tradition des dragées

Les dragées


L’origine de la dragée en France

La dragée a fait son apparition à Verdun, dans les années 1200. Ce sont les apothicaires qui en sont à l’origine, alors responsables du commerce de sucre. Alors qu’ils recherchaient un moyen de conserver les amandes pour leur commerce, ils eurent l’ingénieuse idée de les enrober à la cuisson de sucre et de miel. Cette petite gourmandise n’a pas tardé à devenir le présent à la mode, très appréciée de la cour de Louis XIV. Par la suite, la dragée est devenue le composant principal des « épices de chambre » que l’on disposait dans d’élégantes bonbonnières.

En 1777, une ordonnance royale retira le privilège du commerce du sucre aux apothicaires, pour le confier aux confiseurs. Ce changement entraîna l’apparition de nouvelles recettes à base d’ingrédients originaux ou raffinés : fruits secs, chocolat, liqueur, nougat… La dragée, bien qu'ayant changé de fabricants, va tout de même un mets de luxe exporté partout en Europe dans les demeures bourgeoises et princières.


Comment fabrique-t-on les dragées ?

Les dragées que l’on offre traditionnellement au baptême sont fabriquées à base d’amande. Il peut s’agir d’Avolas d’origine sicilienne, de Planetas produites dans la région d’Alicante, ou encore de Longuettes poussant en Catalogne. Chacune se différencie par sa forme, sa taille, et évidemment sa saveur.

À partir de cet élément de base, on peut imaginer une multitude de déclinaisons : amandes grillées, fruits, nougatine, cœur au chocolat… Enfin, la touche finale dans la confection de dragées est son enrobage : si certains craquent pour des couleurs pastel, d’autres les préfèrent argentées !


Pourquoi offre-t-on des dragées lors d’un baptême ?

Traditionnellement lors d’un baptême, c’est le parrain ou la marraine qui se charge d’offrir aux convives les dragées. Cette tradition s’explique par le fait que l’amande est un fruit enrobé d’une coque, symbole de fécondité et de vie. À l’origine, le parrain lançait symboliquement des poignées de noisettes et d’amandes à la sortie de l’église.

Aujourd’hui, ce rite d’agrégation de l’enfant à la communauté religieuse est symbolisé par la distribution de sachets de dragées. À ce propos, les confectionneurs n’hésitent pas à redoubler de créativité en proposant des emballages plus flamboyants les uns que les autres : en carton, en tulle, en tarlatane, en organdi, en verre... Généralement, le paquet est orné de petites décorations et du nom du bébé.


Crédit photo : Fotolia